Réponse à Monsieur le Président du CA

Publié le par Collectif pour la défense de la bibliothèque de l'ENS

Monsieur le Président, cher archicube,

    Nous vous remercions de cette réponse si rapide et du remarquable esprit d'ouverture aux préoccupations des lecteurs de la bibliothèque qu'elle témoigne.
    Mais il semble que nous nous soyons mal compris sur deux points au moins.

    D'une part, ce n'est pas la forme de cette décision qui nous a scandalisés, mais son contenu. L'idée même de rendre payant ce qui ne peut pas l'être, vue la nature de l'institution, est absurde et odieuse. Les signatures sur notre pétition, les autres formes de réactions ont incontestablement prouvé que les différentes commissions qui méditaient à partir de cet a priori depuis quelque temps, dans une totale clandestinité vis-à-vis de la masse des lecteurs, n'avaient absolument aucune représentativité. Madame la Directrice semble l'admettre. Nous aimerions que tous en fassent autant.

    Vous savez comme nous qu'il ne s'agit pas d'un problème de montant global du budget, mais de répartition. L'appel au financement bénévole et volontaire par les lecteurs, auquel nous sommes favorables et qui est dans les meilleurs usages de la maison, ne peut, dans ces conditions, se concevoir que pour en augmenter encore les ressources, non pour compenser l'assèchement brutal de ce qui était jusque alors la principale.

    D'autre part, nous savons fort bien que la mise au point de l'ordre du jour du CA obéit à des règles, fixées par les statuts et le règlement. Madame la Directrice nous l'a d'ailleurs rappelé, fort justement, à un petit détail près. C'est très exactement la raison pour laquelle nous nous sommes adressés à vous, qui disposez d'un pouvoir discrétionnaire en la matière.
    Une telle modification ne devrait pas surcharger l'ordre du jour du prochain CA, dans la mesure où le débat a cette fois-ci eu lieu, publiquement, et que ses conclusions semblent incontestables: que les frais de bibliothèque devront être supprimés. La quasi-unanimité qui s'est manifestée à cette occasion devrait réjouir tous ceux qui sont attachés à l'unité de la communauté normalienne autour des principes qui fondent notre Ecole.

    Nous vous prions donc une fois de plus de bien vouloir prendre la seule décision susceptible de rétablir la sérénité à laquelle nous aspirons tous.

    Veuillez, Monsieur le Président, cher archicube, agréer la cordiale expression de nos meilleurs sentiments normaliens.

Le Collectif pour la défense de la Bibliothèque de l'Ecole Normale Supérieure
Notre site web: http://collectifbiblio.free.fr

Publié dans Lettres et échanges

Commenter cet article