Compte rendu de manifestation

Publié le

Compte rendu de l'inauguration de l'exposition sur l'ENS dans l'Affaire Dreyfus.
Mercredi 15 novembre 2006, 18h.

    L'ensemble des enseignants de l'Ecole, des directeurs des départements littéraires et la directrice de la Bibliothèque des Lettres avaient décidé de boycotter cette inauguration ; Monsieur Duclert, commissaire de l'exposition, qui avait démissionné le matin même, avait clairement annoncé qu'il se se joindrait pas à cette cérémonie pourtant tant attendue ; le Ministre de tutelle, Monsieur Goulard, quoiqu'invité, était également absent.

    C'est pourquoi la cour du NIR (Nouvel immeuble Rataud) a vu se rassembler un nombre assez peu élevé de personnalités : outre la directrice de l'Ecole, accompagnée de quelques archicubes, de Monsieur Jeanneney (qui avait, en tant que directeur de la BNF, permis à l'exposition de bénéficier de nombreux manuscrits), étaient présents Monsieur Guyon et Madame Bastid-Bruguière (anciens directeurs de l'Ecole et, pour la seconde, présidente de l'Association des Amis et Anciens Elèves de l'ENS - l'absence de Monsieur Ruget a été remarquée).
    La réunion s'est heureusement étoffée grâce à la présence de quelques journalistes et surtout d'une petite quarantaine d'élèves de l'Ecole, associés à une vingtaine de membres du personnel de la bibliothèque. Ces deux groupes, sous des masques blancs et dorés, distribuaient des tracts et portaient des affichettes ("Un an, ça suffit !" ; "Lucien Herr aurait-il approuvé qu'on massacre ainsi sa bibliothèque ?", etc). Une banderole adressée au ministre n'a pas été déployée, vu l'absence de l'intéressé. L'ensemble des protestataires s'est distribué en une "haie d'honneur" à l'entrée du NIR, tandis que Madame Canto-Sperber, visiblement surprise par cette manifestation, tentait d'empêcher la journaliste de Libération d'interroger les élèves présents.

    La suite a été ponctuée des habituels discours. Il est à noter, toutefois, que Madame Bastid-Bruguière, à l'annonce de l'absence de Monsieur Duclert, a finalement refusé d'entrer et de voir l'exposition en question.

Publié dans Informations

Commenter cet article

Marie-Christine Bellosta 20/11/2006 12:59

Vous écrivez que "l'absence de M. Ruget" à ce vernissage a été "remarquée". Il est assez logique que M. Ruget n'ait pas assisté à l'inauguration puisqu'il participait à la même heure au vernissage d'une exposition de peinture de ses propres toiles. Voici copie de son carton d'invitation :
"Jean-Marie Schaeffer, directeur du Centre de Recherches sur les Arts et le Langage et du GDR 2898 Fiction vous invite au vernissage de toiles récentes de Gabriel Ruget. Mercredi 15 novembre 2006 de 17h30 à 20h dans les locaux de l'EHESS, 96 boulevard Raspail, au 1er étage du bâtiment principal."
Pour ma part, je n'étais pas invitée au vernissage de l'exposition Dreyfus, mais j'y suis allée parce qu'il me semblait que cette exposition Dreyfus était à sa place à l'ENS. J'étais invitée à l'exposition Ruget mais je n'y suis pas allée, parce que j'étais surprise qu'une institution d'État tienne lieu d'une galerie d'art privée pour un simple particulier sans talent pictural unanimement reconnu ; cette mise à contribution de l'EHESS ne me semblait motivée que par le fait qu'à l'heure où il dirigeait l'ENS, M. Ruget avait favorisé la création d'un GDR où l'ENS s'alliait au CRAL : ne confondait-on pas intérêts publics et intérêts privés ?

Remember ! 16/11/2006 13:35

Monsieur Ruget était sans doute retenu à Cachan, école pour laquelle sa préférence est connue.