Libération, jeudi 14 décembre 2006

Publié le

Normale sup engluée dans une paix armée.

Le personnel de la bibliothèque fait grève aujourd'hui à la veille d'un conseil d'administration crucial.

    Un mois après la démission des directeurs des départements littéraires pour protester contre la "gestion chaotique" de la directrice, la crise couve toujours à l'Ecole normale supérieure (ENS) de la rue d'Ulm. [...]
Mais le problème de fond demeure : comment rétablir la confiance entre la directrice, la philosophe Monique Canto-Sperber, et l'équipe littéraire qui doute désormais de ses capacités à diriger une telle institution ?
  [...]
    Le tumulte s'est quelque peu apaisé, laissant place à une paix armée, où chacun s'observe. Conscient de l'impact de la crise sur l'image de l'école, le président du conseil d'administration, Jean-Claude Mallet, s'est imposé comme médiateur. Sous son égide, des groupes de travail ont été constitués pour tenter de résoudre les problèmes d'ici le CA.
  [...]
    Reste le problème clé de la direction de l'Ecole. De grandes manoeuvres sont en cours pour faire accepter par Monique Canto-Sperber une "charte" de gouvernance, devant s'appliquer à tous les directeurs à venir de l'ENS mais visant clairement à lui imposer des règles. [...].

Véronique Soulé.

Publié dans Informations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Votre nom 16/12/2006 07:50

Dépèche de l'AFP
du Vendredi 15 décembre 2006


Vers la sortie de crise à Normale Sup, le CA vote le budget 2007

Le conseil d'administration (CA) de l'Ecole Normale supérieure de la rue d'Ulm a voté à l'unanimité vendredi son budget 2007, qui est le signe d'"une situation financière qui se redresse" et marque "un pas vers la sortie de crise", a-t-on appris auprès du président du CA.
"Ce conseil d'adminitration est une bonne nouvelle pour l'Ecole mais ce n'est pas terminé", a assuré à l'AFP Jean-Claude Mallet, conseiller d'Etat président du CA.
Une crise interne couve depuis plusieurs semaines dans le prestigieux établissement entre les directeurs de départements et de bibliothèque littéraires, qui ont démissionné mi-novembre, et la directrice, Monique Canto-Sperber, dont la nomination en 2005 avait été très contestée.
"Le budget de 30 millions d'euros a été voté par 19 membres et une abstention, la situation financière n'est pas florissante mais se redresse", a expliqué M. Mallet. Il a précisé que ce budget, en augmentation de 20 %, était dû à "un effort sans précédent du gouvernement qui a consenti en 2006 une augmentation de sa dotation de 1,3 à 3,5 millions d'euros".
A l'origine de la crise interne notamment, la délibération du CA du 16 octobre instaurant des frais de bibliothèques élevés a été retirée et une commission de réflexion sur le financement des bibliothèques créée, a expliqué M. Mallet.
Une "charte fixant les rapports entre la direction et les départements de l'Ecole Normale supérieure" est en cours de rédaction par tous les directeurs de départements. "On a évoqué ce point, comme un élément qui pourrait favoriser une sortie de crise donc on a fait un pas vers la sortie de crise mais on n'en est pas sorti", a commenté le président du CA.
Il a également cité des délibérations "tournées vers l'avenir", avec la signature prochaine d'un contrat quadriennal avec l'Etat, la création d'importants partenariats d'enseignement et de recherche, et la validation d'"instances de concertations et de transparence" en interne, tels qu'un comité de pilotage pré-conseil d'administration ou des Finances.
Mme Canto-Sperber est notamment contestée pour ses prises de décision unilatérales.
"J'ai senti le souci de tous les membres du conseil de faire l'unité de l'Ecole: unité entre l'Ecole scientifique et l'Ecole littéraire, entre les membres nommés et les membres élus, entre les différents corps représentés autour du projet +Ecole+", a affirmé M. Mallet.
Il a cependant reconnu la persistance d'"une tension importante".