Déclaration du 18 décembre 2006 du collectif des personnels des bibliothèques Ulm-Jourdan

Publié le

Déclaration du 18 décembre 2006


Du Conseil d'Administration du 15 décembre il ressort que les revendications exprimées notamment dans notre déclaration du 11 décembre ne sont que partiellement satisfaites. Si nous nous félicitons du retrait des frais de bibliothèque exorbitants pour les lecteurs et d'un budget très nettement revalorisé par rapport aux annonces de ces derniers mois, de grandes inquiétudes demeurent.

En effet, le budget voté (935 000 euros) constitue un montage financier de dernière minute et est loin d'approcher les 1,2 millions d'euros qui permettraient à la bibliothèque de fonctionner normalement. De plus, la question des emplois titulaires et contractuels n'a toujours pas reçu de réponse satisfaisante.

Or les carences en personnel ont des conséquences à la fois sur le développement de la politique d'acquisition, sur la rétroconversion exigée par le contrat quadriennal et sur l'ouverture des locaux aux lecteurs. Enfin, l'investissement du NIR, entamé depuis le mois de septembre, a été effectué sans que les aides exceptionnelles annoncées par M. Canto-Sperber n'aient été accordées, ce qui n'a fait qu'aggraver l'ampleur des problèmes liés au manque de personnel.

Dans ces conditions, le collectif du personnel des bibliothèques avait décidé d'une journée de grève le 14 décembre. Forts du franc succès de la mobilisation, nous appelons notre direction à prendre les mesures suivantes:

-Réduction des horaires d'ouverture de la Bibliothèque de Lettres-Ulm à un jour sur deux.

-Suppression du service du prêt aux lecteurs à la Bibliothèque de Lettres-Ulm.

De telles mesures doivent être prises dès la rentrée de janvier 2007 et jusqu'à obtention des renforts

demandés:

- En personnel contractuel exceptionnel pour la durée d'aménagement du NIR

- En personnel contractuel et titulaire pour terminer la rétroconversion selon le calendrier prévu.

- En personnel titulaire pour faire fonctionner correctement une bibliothèque qui s'est étendue d'un tiers de ses surfaces publiques.

Nous tenons à souligner que nous sommes conscients des désagréments que de telles mesures peuvent entraîner pour les lecteurs.


Le collectif des personnels des bibliothèques Ulm-Jourdan

Publié dans Lettres et échanges

Commenter cet article