Travaux du centre d'analyse stratégique

Publié le par Voltaire

Le Centre d’analyse stratégique est un organisme directement rattaché au Premier ministre. Il a pour mission d’éclairer le Gouvernement dans la définition et la mise en œuvre de ses orientations stratégiques en matière économique, sociale, environnementale ou culturelle.

Il prend en compte dans ses différents travaux qui sont rendus publics, les orientations de long terme définies au niveau communautaire, en particulier dans le cadre de la stratégie de Lisbonne.

Le Centre d’analyse stratégique a été créé par décret en date du 6 mars 2006. Il succède au Commissariat général du Plan. A ce titre, sa Directrice générale siège comme l’ancien Commissaire au Plan au sein des principales instances interministérielles dans le domaine économique et social.

L'un des thèmes de travail pour l'année 2007, qui porte sur l'éducation et de la formation, n'est pas sans intéresser les lecteurs de ce blog qui auront confirmation du rôle traumatisant, quasi-exclusif, du classement de Shangaï dans les projets de réforme de l'enseignement supérieur en France.


L’éducation et la formation

L’élévation du niveau général d’éducation de la main-d’œuvre est l’une des clés de la compétitivité de l’économie française et de la baisse du chômage. De nombreux travaux ont été conduits au cours des dernières années sur l’école, sur les universités ainsi que sur l’évolution du système de formation continue. Il convient maintenant de préparer la mise en œuvre des réformes qui y sont préconisées. Le Centre propose de concentrer ses efforts sur la réforme des universités, ainsi que sur l’évolution du système de formation continue des salariés.

La réforme des universités

L’année 2006 aura vu la réalisation de trois séries de travaux concernant les universités :

  • l’analyse du classement de Shanghai,

  • l’analyse et la synthèse de l’ensemble des rapports parus sur l’université, et

  • la comparaison de la France avec les autres pays développés au regard du mode de financement des universités (en cours).

De nombreux rapports et études ont posé un diagnostic sur les points faibles de l’Université française, en terme de financement, de mode d’allocation des moyens, d’insuffisante responsabilisation des établissements, de gouvernance des universités et de gestion des ressources humaines. S’il existe désormais un relatif consensus sur le diagnostic et les réformes à mener, de nombreuses questions demeurent posées quant à la manière de les mettre en œuvre dans les meilleures conditions. A cet égard, l’expérimentation pourrait sans doute constituer un outil pertinent.

Le Centre s’attachera donc à préciser les différents scénarios de mise en œuvre de ces réformes, en mobilisant des approches complémentaires de juristes, d’économistes et de sociologues spécialistes du domaine.

Partenaires : direction générale de l’enseignement supérieur

Résultats attendus et échéancier :

  • Note d’analyse (septembre 2007)

  • Document de travail (version intermédiaire juin 2007, version finale novembre 2007)



Le programme de travail pour 2007 s'appuie sur une première série de travaux engagés en 2006


Renforcer la compétitivité du système d’enseignement supérieur

Parallèlement au développement de labels et certifications de qualité et des accords de reconnaissance des diplômes, des classements mondiaux des universités font leur apparition. Ces classements, tel celui de « Shanghai Jiao Tong University », renvoient l’image d’un enseignement supérieur français - en particulier des Universités - peu efficient et peu compétitif au plan international. Cette image reflète-t-elle la réalité ? Quel degré de pertinence représentent ces classements pour les universités françaises face à une concurrence internationale de plus en plus forte ? Plus largement, cette image internationale constitue-t-elle un handicap pour la France dans le cadre d’une économie de la connaissance ?

Par ailleurs, l’OCDE souligne que le faible taux d’emploi des jeunes en France s’explique, au moins en partie, par la qualification inadéquate offerte par les universités françaises, qui reste éloignée de celle proposée aux États-Unis, au Canada ou dans les pays scandinaves.

Dans ce contexte, le Centre d’analyse stratégique, partant d’une analyse des leçons à tirer du classement de Shanghai pour les universités françaises, apportera sa contribution aux réflexions en cours sur le renforcement des liens entre le système d’enseignement et le marché du travail, à partir des travaux de prospective des métiers et des qualifications et sur les conditions de modernisation du système d’enseignement supérieur.

Résulats attendus et échéanciers :

- Publication d’un article dans la Revue trimestrielle "Horizons stratégiques" (septembre 2006)
- Rapport intermédiaire (octobre 2006)
- Rapport final (décembre 2006)


Publié dans Informations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article